Entretien des fossés

Un fossé est un aménagement non alimenté par une source, créé par l'homme, qui permet d'évacuer les eaux de ruissellement et/ou de drainer des parcelles. L'objectif recherché est, en général, l'amélioration des usages des sols sur les surfaces agricoles et forestières ou la gestion des eaux pluviales dans les zones habitées.

Bien conçus et bien entretenus, les fossés peuvent contribuer au maintien de la biodiversité, parce qu'ils concentrent l'eau et l'humidité. Ils peuvent aussi, lorsqu'ils sont végétalisés, améliorer la qualité des eaux en jouant un rôle épurateur et de décantation. Enfin, en connectant le cours d'eau avec les milieux naturels qui servent à l'expansion des crues, un fossé peut avoir une incidence positive sur la prévention des inondations. 

En revanche, des fossés mal conçus et mal entretenus peuvent être responsables de l'augmentation des phénomènes d'inondations, d'un sur-ensablement d'un cours d'eau, de sur-drainage de la nappe ou de fragilisation de certains ouvrages.

Réglementation

Tout propriétaire d'un fossé est tenu de l'entretenir sur toute l'emprise de sa parcelle. Le bon état de fonctionnement doit impérativement être maintenu pour lui permettre d'assurer sa fonction de libre écoulement des eaux. Détruire partiellement ou totalement des conduites d'eau ou fossés évacuateurs ou créer délibérément un obstacle au libre écoulement des eaux est passible d'une amende (art. R216-13 du code de l'environnement).

L'entretien des fossés n'est pas soumis à déclaration ou à autorisation au titre de la loi sur l'eau. Toutefois, un propriétaire devrait s'assurer au préalable qu'il s'agit bien d'un fossé et non d'un cours d'eau. Pour s'assurer du statut de fossé, vous pouvez vous rapprocher du service de police de l'eau de la DDT, voire adresser une demande d'expertise.

La création ou l'approfondissement d'un fossé existant est soumis à procédure administrative auprès des services de la DDT concernée si les travaux entraînent l'assèchement de plus de 0,1 ha de zones humides ou le drainage d'une surface de bassin versant supérieure à 20 ha.

Recommandations

- Privilégier les fossés de faible profondeur

- Prévoir des pentes de talus douces, plus stables, pour limiter les phénomènes d'érosion des berges

- Ne pas surcreuser un fossé par rapport au gabarit de son exutoire

- Intervenir de préférence entre juillet et mars pour ne pas perturber le cycle de reproduction des espèces animales et végétales

- Dans la mesure du possible, conserver les végétaux existants sur et près des berges pour aider à leur stabilisation

- Proscrire les protections de berges inadaptées (gravats...)

- Réaliser les travaux de l'aval vers l'amont en maintenant une pente régulière et aussi faible que possible, adaptée au contexte topographique

- Procéder à un entretien régulier du fossé en supprimant les obstacles à l'écoulement et en nettoyant les buses, le cas échéant

- Curer uniquement si nécessaire, en respectant le gabarit initial

- Privilégier l'enlèvement des sédiments à sec, moins dommageable pour les berges

- Etre particulièrement vigilant à ne pas disséminer dans le milieu naturel des espèces invasives qui pourraient se trouver dans le fossé (jussie, écrevisses d'Amérique...)

- Nettoyer les engins utilisés lors des travaux

 


Partenaires

Agence de l'Eau Seine-Normandie Région Centre-Val de Loire Département d'Eure-et-Loir Département de l'Eure

En un clic

Météo France Vigicrues Office français de la biodiversité Propluvia Fédération de pêche d'Eure et Loir Prefecture d'Eure-et-Loir Prefecture de l'Eure