La Vesgre

D’une longueur de 44,9 km, la Vesgre prend sa source dans la commune de Saint-Léger-en-Yvelines, dans la forêt de Rambouillet, au sud des étangs de Hollande, à 170 mètres d’altitude. Elle se jette dans l’Eure, à La Chaussée d’Ivry, à 57 mètres d’altitude.

Carte détaillée

bassin de la Vesgre

Communes traversées

La Vesgre traverse 15 communes, 7 dans le département des Yvelines et 8 en Eure-et-Loir.
6 d’entre elles sont situées sur le territoire du SBV4R. De l’amont vers l’aval, ce sont : Berchères-sur-Vesgre, Saint-Ouen Marchefroy, Rouvres, Boncourt, Oulins et La Chaussée d’Ivry.

Catégorie et faune

La Vesgre est classée en deuxième catégorie jusqu’au vieux moulin de Boncourt, puis en première catégorie en aval.
L’espèce biologique dominante en deuxième catégorie est constituée essentiellement de cyprinidés (poissons blancs) et de carnassiers (brochets et perches). En première catégorie, les salmonidés (truites) sont dominants.
Retrouvez les espèces piscicoles rencontrées en Eure-et-Loir sur le site de la Fédération Départementale de Pêche : http://www.peche28.fr/3040-les-poissons-d-eure-et-loir.htm)

La Fédération Départementale de Pêche effectue tous les 5 ans environ des pêches électriques pour comptabiliser et répertorier les espèces présentes sur un territoire. Réalisées avant et après des travaux structurants, ces pêches permettent de mesurer l’efficacité du rétablissement de la continuité écologique.

Le département compte plusieurs associations de pêcheurs, dont deux sur la Vesgre : http://www.peche28.fr/2963-les-aappma.htm

Problématique

Pour survivre, la faune aquatique a besoin de se déplacer au cours de son existence, que ce soit à la recherche de nourriture, d’une zone de repos ou d’abris, d’un partenaire ou d’un site de reproduction adéquat. Or les ouvrages hydrauliques tels que les barrages, les vannages, les turbines, les clapets, etc., représentent des obstacles difficiles, voire impossibles à franchir pour de trop nombreuses espèces.

De Berchères-sur-Vesgre à La Chaussée d’Ivry, pas moins de 6 moulins ponctuent le cours de la Vesgre. Sur presque tout son linéaire, la rivière est ainsi divisée en bras, rendant difficiles la dévalaison des sédiments et la libre circulation de la faune. Avec la configuration actuelle, il est donc difficile d’espérer atteindre le bon état écologique préconisé par la Loi sur l’Eau à l’horizon 2027.

Objectifs

L’objectif majeur du SBV4R est de rétablir la continuité écologique sur la Vesgre pour permettre d’une part la libre circulation des espèces piscicoles et d’autre part le transport des sédiments de l’amont vers l’aval.
Pour atteindre cet objectif, plusieurs missions doivent être conduites en parallèle :

1/ Œuvrer en faveur d’un effacement ou d’un aménagement des ouvrages hydrauliques inutilisés

Sur la commune d’Oulins, le clapet, qui constituait une marche dans la rivière, a été supprimé en 2015 au profit d’une rampe empierrée naturelle à même de faciliter la remontée des poissons.
Le moulin de La Chaussée d’Ivry, quant à lui, a vu sa chute d’eau remplacée par une passe à poissons en plots béton, sous le pont.
Sont actuellement à l’étude les moulins de Berchères-sur-Vesgre et de Saint-Ouen Marchefroy.

2/ Remettre la Vesgre dans son lit naturel partout où cela est écologiquement possible et socialement acceptable

En de nombreux points sur son tracé, la Vesgre est divisée en plusieurs bras qui permettaient d’alimenter en eau les anciens moulins. Les biefs ainsi créés sont situés au-dessus du lit naturel de la rivière et présentent des obstacles (chutes, vannages, déversoirs, clapets…) à la libre circulation des espèces piscicoles. Or souvent le débit principal est dirigé vers ces biefs, laissant la « vraie » Vesgre à l’état de ruisseau, notamment en période d’étiage.
Divers aménagements urbains se sont développés autour de cette situation, au risque d’accroître les débordements de la rivière.
Redonner du débit au lit naturel, voire supprimer les biefs, auraient des répercussions positives sur l’état écologique de la Vesgre. Cela n’est toutefois pas possible partout (ponts sous-dimensionnés, résistance des propriétaires de vannages, constructions aux abords immédiats du cours d’eau…).

3/ Sensibiliser les riverains au bon entretien des berges et de leur végétation

Les végétaux assurent, grâce à leurs racines, le maintien des berges et permettent de diversifier les habitats. Ils concourent également à l’épuration des eaux et constituent une source de nourriture pour les espèces. Entretenus régulièrement, ils doivent laisser passer la lumière et permettre le développement de la vie aquatique. L’alternance des espèces dans la ripisylve, locales si possible, et des hauteurs est un plus.

4/ Sensibiliser le grand public aux gestes éco-citoyens

La rivière n’est pas un dépotoir ! « L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d’intérêt général. » Art. L210-1 du code de l’environnement

La rivière abrite des espèces animales et végétales qui interagissent entre elles. Ces espèces ont besoin de nourriture et d’énergie, fournies autant par la partie vivante que non vivante de l’écosystème, mais aussi de se déplacer, notamment pour se reproduire. Toute action sur ce milieu peut provoquer des modifications de leurs conditions de vie.
C’est le cas notamment de l’urbanisation, des prélèvements d’eau potable, des pollutions, du piétinement des berges par des animaux, du désherbage chimique, du brûlage de végétaux, du rejet de déchets en bordure de rivière, dont les déchets de tonte…

Débits

La Vesgre ne bénéficie pas d’une station rattachée au service hydro.eaufrance. Toutefois, lors des études menées précédemment par le Syndicat intercommunal de la Basse Vesgre, certains relevés avaient été réalisés au niveau des moulins qui ponctuent ce cours d’eau. En 2010, les débits relevés à l’étiage par la SOGREAH s’établissaient entre 0,5 et 0,7 m3/s selon les moulins. Les extrapolations de débits en QIX 10 (quantité instantanée maximale pour une crue décennale) donnaient une fourchette de 15 à 16 m3/s.
Face à l’absence de données précises en cas de crue, le SBV4R a adressé fin 2018 à la DREAL d’Eure-et-Loir une demande d’implantation de station sur la Vesgre.

Travaux

L’aménagement des ouvrages hydrauliques du moulin de La Chaussée d’Ivry (vannages) et d’Oulins (clapet) ont permis de rétablir la circulation piscicole entre l’Eure et la Vesgre sur plus de 6 km. Ils ont amélioré aussi partiellement, grâce à l’abaissement de la hauteur d’eau retenue, le transport des sédiments, essentiels à l’équilibre hydromorphologique et écologique de la rivière. Cette dynamisation permet de retrouver un écosystème d’eau vive, notamment par un décolmatage des fonds (désenvasement), indispensable à la reproduction de nombreux poissons de rivière qui doivent déposer leurs œufs sur un fond minéral (frayères). 

Etudes

Les propriétaires des moulins de Saint-Ouen Marchefroy et de Berchères-sur-Vesgre ont manifesté leur intérêt pour d’éventuels aménagements. Ces ouvrages font actuellement l’objet d’une étude commune pour rétablir au moins partiellement la continuité écologique sur la partie amont de la Vesgre, gérée par le Syndicat. Le cabinet d’études retenu est SEGI. Les relevés des hauteurs d’eau, notamment en hautes eaux, doivent être complétés avant de pouvoir présenter différents scénarii d’aménagement (du plus ambitieux au moins ambitieux).

Par le passé, le secteur, alors géré par le syndicat intercommunal de la Basse Vesgre, avait déjà fait l’objet d’études. Ainsi, en 2003, celle de la SAFEGE portait sur les inondations et la restauration des milieux aquatiques sur le bassin versant de la Vesgre (lien vers l’étude). En 2010, c’est la SOGREAH qui s’était penchée sur 9 ouvrages hydrauliques dans le but de rétablir la continuité écologique. C’est cette dernière étude qui a conduit le SIBV à engager des travaux pour effacer le clapet d’Oulins et pour aménager une passe à poissons au moulin de La Chaussée d’Ivry.

Fiches ouvrages (à venir)

Le moulin de Berchères-sur-Vesgre

Le moulin de Saint-Ouen Marchefroy

Le moulin jaune à Rouvres

Le moulin de la folie à Rouvres

Le moulin de Boncourt

Le moulin de La Chaussée d’Ivry

 

 


Partenaires

Agence de l'Eau Seine-Normandie Région Centre-Val de Loire Département d'Eure-et-Loir Département de l'Eure

En un clic

Météo France Vigicrues Office français de la biodiversité Propluvia Fédération de pêche d'Eure et Loir Prefecture d'Eure-et-Loir Prefecture de l'Eure