Prévention des pollutions

La rivière est un milieu vivant aux équilibres naturels fragiles, envers lequel nous avons tous une responsabilité.

Les propriétaires riverains sont en première ligne. Ainsi, toute habitation non reliée à un réseau d'assainissement collectif doit être dotée d'un réseau d'assainissement individuel de traitement des eaux usées efficace et répondant aux normes en vigueur.

Les déchets végétaux ou inertes (encombrants, remblais, gravats...) ne doivent pas être stockés en zone inondable. Ils sont à évacuer vers les déchetteries ou bennes à encombrants mis à disposition dans la commune ou l'agglomération.

De même, il est strictement interdit d'épandre des effluents agricoles et de stocker du fumier à moins de 35 mètres du bord d'un cours d'eau. En effet, les jus issus des amas de fumier sont très concentrés en germes et bactéries préjudiciables à la qualité de l'eau.

Il existe une réglementation stricte concernant l'utilisation de produits phytopharmaceutiques et phytosanitaires tels que les herbicides, fongicides et insecticides. Selon la mention portée sur l'étiquette de ces produits, il est indispensable de respecter la zone non traitée minimale (ZNT) allant de 5 mètres à plus de 100 mètres selon les produits. La ZNT correspond à une bande de terrain, le long d'un cours d'eau, où l'application directe de l'un de ces produits est formellement interdite. De nombreuses solutions alternatives et efficaces existent, comme le désherbage manuel, mécanique ou thermique, le paillage, l'utilisation des coccinelles ou des hérissons, véritables auxiliaires de jardinage.

Il est également strictement interdit de rejeter dans la rivière des produits ménagers, même biologiques, des huiles de vidanges, des solvants, des peintures, des hydrocarbures...

Enfin, nous avons tous un rôle à jouer. Les micropolluants issus de nos usages domestiques peuvent aussi être réduits avec une petite modification de nos modes de consommation et de vie. Le ministère de la Transition écologique propose une vidéo pédagogique sur le sujet : "Micropolluants : une pollution invisible de l'eau".

Si vous constatez une pollution, visuelle ou olfactive, prévenez sans tarder la mairie, la DDT, l'OFB et le SBV4R. Lors de l'alerte, pensez à noter la localisation précise de la pollution, sa nature (aspect, odeur, étendue, origine probable), l'heure du constat, l'impact visible sur la vie aquatique, etc. N'hésitez pas à prendre des photos !

 


Partenaires

Agence de l'Eau Seine-Normandie Région Centre-Val de Loire Département d'Eure-et-Loir Département de l'Eure

En un clic

Météo France Vigicrues Office français de la biodiversité Propluvia Fédération de pêche d'Eure et Loir Prefecture d'Eure-et-Loir Prefecture de l'Eure