Curage et recalibrage

Le recalibrage des cours d’eau est probablement l’un des types d’intervention les plus fréquemment réalisé en France. Ce type de travaux hydrauliques a été mis en œuvre très anciennement dans les zones urbaines et périurbaines, souvent accompagné d’endiguements étroits, pour réduire la fréquence des inondations. Il a été utilisé de manière quasi systématique dans les zones rurales, particulièrement au cours des années 1950 à 1980, pour diminuer la fréquence de submersion des terres agricoles, notamment celles exploitées en maïs, céréale très peu résistante à la submersion.

Le principe du recalibrage consiste à augmenter la débitance du lit mineur en augmentant la section d’écoulement par élargissement du lit, approfondissement ou les deux. Rappelons que la capacité d’écoulement d’un cours d’eau naturel avant débordement dans le lit majeur correspond sensiblement à la crue journalière de fréquence 1 à 2 ans.

Le curage consiste à évacuer un excédent sédimentaire du lit de la rivière. Compte tenu de son impact négatif sur le milieu aquatique, sont recours doit être strictement limité aux cas suivants :

- remédier à un dysfonctionnement du transport naturel des sédiments gênant le libre écoulement des eaux ou nuisant au bon fonctionnement des milieux aquatiques ;

- lutter contre l'eutrophisation ;

- aménager une portion de cours d'eau pour créer ou rétablir un ouvrage.

Les impacts hydromorphologiques et écologiques du recalibrage et du curage sont bien connus :

Le dépôt ou l'épandage des produits de curage nécessite une évaluation préalable de leur dangerosité sur l'environnement, dans la mesure où ils peuvent contenir des matières toxiques.


Partenaires

Agence de l'Eau Seine-Normandie Région Centre-Val de Loire Département d'Eure-et-Loir Département de l'Eure

En un clic

Météo France Vigicrues Office français de la biodiversité Propluvia Fédération de pêche d'Eure et Loir Prefecture d'Eure-et-Loir Prefecture de l'Eure